Les 5 tendances du comportement de l’acheteur de vin en 2020

On en parle souvent, il fait graviter nos univers mais on ne l’écoute presque jamais : l’acheteur. Celui qui consommera votre…

Retour aux articles

On en parle souvent, il fait graviter nos univers mais on ne l’écoute presque jamais : l’acheteur. Celui qui consommera votre produit fini, qui le partagera (peut-être) avec son entourage, celui que vous devez conquérir, fidéliser et convertir en ambassadeur de marque !

Encore aujourd’hui, on continue de faire du vin sans réellement se soucier de ce qu’attend la dernière personne de la chaîne, cette personne qui paiera et qui, par conséquent, sera intransigeante quant au rapport qualité-prix : elle peut être votre meilleure alliée, comme votre pire cauchemar. Plusieurs axes permettent aujourd’hui de positionner son produit sur des valeurs partagées avec ses consommateurs, sans pour autant renier son savoir-faire.

Et pour cela, il faut avoir un œil partout, être à l’écoute du marché et des mœurs sociales. Et comme on n’a pas forcément tous le temps de faire ce travail chronophage, nous vous avons compilé quelques chiffres qui révèlent les grandes tendances de la consommation de vin pour l’année prochaine !

 

 

 

  1. 1. Le e-commerce

Même si pour le moment, dans le secteur viticole, nous sommes ancrés dans un modèle de distribution en physique qui matche avec les consommateurs, le e-commerce prend de l’allure et l’augmentation de l’achat de vins en ligne pourrait bien nous surprendre d’ici 2020 !

  • « 9% des vins étaient vendus en ligne » (vinetsociete.fr – 2018 – FR)
  • « 83% des consommateurs de produits alimentaires achètent plutôt en magasin que sur internet (+1 point sur 2018) » (wavestone.com – 2019 – FR)
  • « 70% des acheteurs sur internet sont âgés de 18 à 44 ans » (wavestone.com – 2019 – FR)
  • « 86% des achats de vin sont effectués dans la grande distribution » (sowine.com – 2019 – FR)

 

 

  1. 2. Le bio

Inévitable, et tous les médias sont là pour nous le rappeler, le bio est la grosse « tendance » pour les prochaines années. Plus qu’une tendance, les consommateurs de nourritures et boissons (c’est-à-dire tout le monde en fait !) prennent un réel virage à 360° sur ce sujet : le bio c’est bon, c’est bien, c’est l’avenir, et c’est de plus en plus accessible ! Alors, pourquoi s’en priveraient-ils ?

  • « 71 % de la population consomme bio au moins 1 fois/mois » (agencebio.org – 2019 – FR)
  • « 1/2 acheteur est prêt à payer plus cher pour un vin labellisé bio » (sowine.com – 2019 – FR)
  • « En 5 ans, la production bio de fruits et vignes a connu une progression de +20% » (agencebio.org – 2019 – FR)
  • « Les motivations des consommateurs de vin bio sont : s’assurer de la qualité du vin (48%), soutenir les terroirs et les producteurs (44%) et respecter l’environnement (43%) » (sowine.com – 2019 – FR)

 

 

  1. 3. La transparence

Nous en avons déjà parlé dans quelques articles et sur notre site internet : la transparence est la clef pour la création d’une relation de confiance avec nos communautés. Les consommateurs ne veulent plus consommer bêtement et sans être informés. Comme dans une relation amoureuse tumultueuse, et suite aux scandales de la dernière décennie, le client s’est trop souvent sentit trahit et utilisé par ses marques préférées, et a besoin de se reconstruire et d’actes pour retrouver cette confiance !

  • « 72% des consommateurs attendent des marques et des entreprises qu’elles soient responsables et transparentes » (ipsos.com – 2019 – FR)
  • « 89% des clients sont également prêts à quitter une marque s’ils s’estiment dupés » (abilways.com – 2019 – FR)

 

 

  1. 4. L’humanisation

Pourquoi le storytelling* fonctionne-t-il tant en ce moment ? Parce que le client ADORE les histoires ! Les histoires rendent les marques plus humaines, elles les rendent plus proches du commun des mortels, et donc, attachantes. Certaines structures ont une chance immuable d’avoir des histoires magnifiques à raconter, des anecdotes, du vécu, et cette matière est une source d’émotion qu’il est très intéressant de partager avec ses clients !

  • « 65 à 70%  des informations transmises par un storytelling sont conservées par le cerveau (seulement 5 à 10% pour une présentation à base d’informations brutes) » (tenfold.com – INT)
  • « Selon une étude (menée sur le secteur du vin) ayant pour vocation d’analyser les effets du storytelling sur les ventes d’un produit, si vous ajoutez une histoire à propos du vigneron au descriptif d’un vin, le nombre de consommateurs augmente de 5%, et ce client est prêt à le payer 6% plus cher » (adweek.com – 2017 – INT)

 

 

  1. 5. L’engagement

Au-delà de consommer bio (qui n’est qu’un vecteur de choix parmi beaucoup d’autres), les consommateurs attendent de leurs marques qu’elles se sentent concernées par la vraie vie, et qu’elles s’associent aux combats (financièrement, par des actions, par des partenariats, sur des événements, à travers du sponsoring…). La consommation du produit doit lui apporter une vraie valeur : valorisation des très petites entreprises françaises, protection des enfants, égalité femmes/hommes, meilleur traitement des animaux, lutte contre la pollution de l’air… La liste des actions à mener pour rendre cette planète meilleure est si longue que toute marque peut s’y retrouver !

  • « 71% des Français se déclarent concernés par la consommation responsable » (greenflex.com – 2017 – FR)
  • « 33% des consommateurs choisissent désormais les marques auprès desquelles ils achètent en fonction de leur impact environnemental ou social » (unilever – 2017 – INT)
  • « 21%  des interrogés déclarent qu’ils « choisiraient activement » des marques si ces dernières faisaient apparaître clairement leurs engagements de responsabilité sur leur packaging ou dans leur marketing » (unilever – 2017 – INT)

 

 

Les consommateurs évoluent en permanence, ce sont les caméléons de notre société. Ils expriment leurs besoins à travers plusieurs filtres : les envies, les freins, les peurs, la curiosité, la praticité, les valeurs… La consommation de demain se réunit en un point : le respect (des autres, de son environnement, des valeurs humaines).

Les marques doivent se montrer empathiques et s’ouvrir à la demande de leur communauté, quitte à se remettre en question perpétuellement. Quelle que soit la taille de votre structure, on peut tous faire un geste, gravir une marche pour, non seulement, correspondre aux attentes de nos clients (certes !), mais surtout parce qu’après tout, on vit tous sur cette planète et qu’on n’aura pas de 2ème chance !

 

* le story telling est une méthode de communication qui se base sur une structure narrative du discours qui ressemble à celle des contes et des récits.

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.