phylloxera

Le phylloxera, insecte redoutable pour la vigne

Parmi les différentes maladies que nous avons évoqués les dernières semaines, le phylloxera est un insecte nuisible pour la vigne,…

Retour aux articles

Parmi les différentes maladies que nous avons évoqués les dernières semaines, le phylloxera est un insecte nuisible pour la vigne, présent dans tous les vignobles en 2018. Qu’est-ce donc que ce parasite, comment agit-il sur la vigne? Quels sont les moyens de lutte efficaces contre ce parasite?

Qu’est ce que le phylloxera? 

Le phylloxera est un insecte piqueur qui s’apparente au puceron. Il se manifeste dans la vigne et a, depuis la fin du 19e siècle, dévasté de nombreux vignobles européens et qui est aujourd’hui présent dans tous les vignobles du monde.

Les différents symptômes 

Les feuilles

La piqure d’un puceron sur une feuille de vigne peut provoquer des troubles importants. En effet, sur la partie inférieur du limbe, les tissus s’épaississent et des galles qui contiennent, le puceron, les œufs et des poils épaissis, se forment sur la feuille. Ces galles envahissent alors la feuille et mettent à mal le processus de photosynthèse, qui, par la suite, ne permettra pas une production de sucre ‘normale’ dans les baies. Toutefois, cette diminution du sucre dans les baies n’a pas grande influence sur les portes-greffes et les cépages hybrides mais diminuera les réserves des bois de la vigne.

Cependant, le phylloxera a aussi des conséquences sur les racines de la vigne.

Les racines

Les racines issus de V.vinifera, dont nous parlions dans notre dernier article, sont très sensibles aux attaques de l’insecte. Cette espèce réagit mal à la présence du parasite. C’est alors qu’apparaissent des nodosités et tubérosités. A l’endroit où l’insecte pique, la racine stoppe net sa croissance tandis que les tissus prolifèrent à côté. C’est alors qu’apparaissent les nodosités. Les racines secondaires n’assurent plus leur fonction d’absorption. Enfin, les  tubérosités apparaissent sur les racines les plus importantes. L’insecte présent sous l’épiderme des racines creuse des sillons qui permettront à des micro-organismes de s’y loger et pourrissent la racine. Cette pourriture engendre la mort du cep.

Le phylloxera est un insecte qui se développe sous plusieurs formes et provoque des dégats plus ou moins importants selon sa biologie. Toutefois, il existe aujourd’hui des remèdes efficaces pour lutter contre la pandémie dans un vignoble.

Des moyens de lutte efficaces et naturels

Au delà de l’utilisation de la chimie, qui ne saurait que tôt ou tard, disparaitre, il existe des moyens de lutte efficaces contre ce parasite. Il existe aujourd’hui des méthodes culturales reconnues comme la culture des vignes en sol sablonneux. La submersion des pieds asphyxie les insectes qui s’y trouvent.

Les hybrides et portes greffes résistants au phylloxera sont aussi utilisés et reconnus comme moyen de culture efficaces en Europe.

Enfin, la lutte biologique est elle aussi importante aujourd’hui. Les vignerons et viticulteurs bio prônent aujourd’hui des moyens de luttes en préservant la faune et la flore sauvage autour du vignoble. Ainsi, certains vignobles sont aménagés pour que différentes espèces d’oiseaux, puissent s’établir sur les terrains cultivés afin de s’y nourrir des nuisibles de la vigne. Ainsi, aujourd’hui, le Rougequeue à front blanc ou le Pouillot féloce sont intégrés dans certains agrosystèmes et participent à la préservation des espèces parasitées.

Aussi, faut-il aujourd’hui préserver nos espèces aviennes afin de pouvoir contribuer au maintien des vignobles de façon propre dans une démarche écologique et responsable.

Les différentes solutions apportées au cours de ces derniers articles sur les maladies de la vigne, indiquent aujourd’hui la nécessité de penser l’agriculture autrement et nous laissent espoir et conviction qu’un équilibre est trouvable entre les processus de consommation et notre planète sauvage.

 

Olivier Dauga – consultant en vin